Le classicisme extérieur des bâtiments datant du XVIIe siècle, pour les bas-côtés, et du XVIIIe siècle pour la façade, avec son imposant clocher, ne laisse pas soupçonner l'ancienneté de cette église fondée à l'époque carolingienne. En Ardenne Me contacter Ouverture de la Collégiale de mai à fin septembre de 14h à 18h et d'octobre à avril de 14h à 17h.

En Ardenne
Me contacter

  • Collégiale Saint-Vivent (ancienne). Abside et transept sud © CMN.
  • la Collégiale de Braux. Le classicisme extérieur des bâtiments datant du XVIIe siècle, pour les bas-côtés, et du XVIIIe siècle pour la façade, avec son imposant clocher, ne laisse pas soupçonner l'ancienneté de cette église fondée à l'époque carolingienne.
  • la Collégiale de Braux. Le classicisme extérieur des bâtiments datant du XVIIe siècle, pour les bas-côtés, et du XVIIIe siècle pour la façade, avec son imposant clocher, ne laisse pas soupçonner l'ancienneté de cette église fondée à l'époque carolingienne.
  • la Collégiale de Braux.
  • Ex-voto de la fin du XVIe siècle, en marbre noir représantant la crucifixion avec les deux chanoines donateurs.
  • Face Est. Fonts baptismaux du XIIe siècle, cuve en pierre bleue de Givet décorée d'arcatures romanes, de deux masques de lion entourés d'eau jaillissante, symboles de force et de fertilité, et de quatres têtes saillantes qui symbolisent les fleuves de paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • Une des quatres têtes saillante qui symbolise les fleuves du paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • Face Est. Fonts baptismaux du XIIe siècle, cuve en pierre bleue de Givet décorée d'arcatures romanes, de deux masques de lion entourés d'eau jaillissante, symboles de force et de fertilité, et de quatres têtes saillantes qui symbolisent les fleuves de paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • Une des quatres têtes saillante qui symbolise les fleuves du paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • La Collégiale de Braux. Fonts baptismaux du XIIe siècle, cuve en pierre bleue de Givet décorée d'arcatures romanes, de deux masques de lion entourés d'eau jaillissante, symboles de force et de fertilité, et de quatres têtes saillantes qui symbolisent les fleuves de paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • Face Est, détail. Masques de lion.
  • Face Est. Fonts baptismaux du XIIe siècle, cuve en pierre bleue de Givet décorée d'arcatures romanes, de deux masques de lion entourés d'eau jaillissante, symboles de force et de fertilité, et de quatres têtes saillantes qui symbolisent les fleuves de paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • Une des quatres têtes saillante qui symbolise les fleuves du paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • face Sud. Beaucoup de fonts baptismaux ont huit côtés pour rappeler la nouvelle création et pour faire un lien avec la pratique de la circoncision, qui a traditionnellement lieu le huitième jour. Certains fonts ont trois côtés, en rappel de la Sainte Trinité du Père, Fils et Esprit Saint. Ils sont souvent placés devant le nef de l'église pour rappeler aux fidèles leur baptême, qui représente leur entrée dans l'Église. Dans plusieurs églises du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait une chapelle spéciale ou même un bâtiment spécial, appelé baptistère, qui servait à loger les fonts baptismaux.
  • Face Sud. Fonts baptismaux du XIIe siècle, cuve en pierre bleue de Givet décorée d'arcatures romanes, de deux masques de lion entourés d'eau jaillissante, symboles de force et de fertilité, et de quatres têtes saillantes qui symbolisent les fleuves de paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • Face Ouest. Fonts baptismaux du XIIe siècle, cuve en pierre bleue de Givet décorée d'arcatures romanes, de deux masques de lion entourés d'eau jaillissante, symboles de force et de fertilité, et de quatres têtes saillantes qui symbolisent les fleuves de paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • Face Ouest, détail. Masques de lion.
  • Face Nord. Fonts baptismaux du XIIe siècle, cuve en pierre bleue de Givet décorée d'arcatures romanes, de deux masques de lion entourés d'eau jaillissante, symboles de force et de fertilité, et de quatres têtes saillantes qui symbolisent les fleuves de paradis terrestre. (Il en reste trois).
  • La Collégiale de Braux. Abside et chevet romans du XIe siècle percés de trois fenêtres dont deux visibles agrandies à la période gothique. Le dallage et les revêtements muraux sont en marbre du XVIIe siècle.
  • Abside et chevet romans du XIe siècle percés de trois fenêtres dont deux visibles agrandies à la période gothique. Le dallage et les revêtements muraux sont en marbre du XVIIe siècle.
  • Bas-relièf du XVIIe siècle de l'Autel majeur canonial, il représante St Pierre emprisonné à Jérusalem et délivré de ses liens par un ange.
  • Détail du bas-relièf du XVIIe siècle de l'Autel majeur canonial, il représante St Pierre emprisonné à Jérusalem et délivré de ses liens par un ange.
  • Détail du bas-relièf du XVIIe siècle de l'Autel majeur canonial, il représante St Pierre emprisonné à Jérusalem et délivré de ses liens par un ange.
  • Porte évangile en pierre du XVIIe siècle représantant St Jean et son aigle.
  • La Collégiale de Braux. Le blason de Braux.